Département Chimie et Biologie Structurales et Analytiques

Présentation du département

Le département de Chimie et Biologie Structurales et Analytiques de l’ICSN dispose de plusieurs thématiques de recherche ciblées autour de la chimie analytique et la biologie structurale. Il s’appuie sur un équipement exceptionnel et une forte expertise en modélisation moléculaire, cristallographie structurale, spectrométrie de masse, résonance magnétique nucléaire (RMN), biologie moléculaire/cellulaire et diverses méthodes de purification/analyse. Les projets menés reposent par exemple sur le suivi de la distribution de composés d’intérêt au sein de divers tissus ou matériaux biologiques, l’étude de mélanges complexes, la détermination de la structure de composés extraits de plantes ou de synthèse, la compréhension des mécanismes réactionnels, l’étude de la structure 3D et de la dynamique de petites molécules et macromolécules biologiques (seules ou en interaction avec des partenaires ou inhibiteurs) dans le contexte de la biologie structurale et de drug design.

Permanents du département

Nadine Assrir est chercheuse dans l’équipe d’Eric Guittet depuis 2012. Titulaire du DEA national de toxicologie (Paris Descartes) et d’un doctorat en biochimie, biologie moléculaire et cellulaire (Université Paris-Sud) préparé à l’Institut Gustave Roussy, elle s’intéresse à la relation entre la structure et la fonction des protéines ainsi qu’à l’incidence de cette relation sur les processus biologiques à la suite de modifications post-traductionnelles ou d’interactions moléculaires. A l’heure actuelle, elle étudie les répercussions, au niveau moléculaire, d’interactions sur des protéines impliquées respectivement dans la prolifération cellulaire (récepteur ErbB2), la réversion tumorale (Translationally controlled tumor protein TCTP) et la motilité cellulaire (inhibitor of apoptosis stimulating protein of p53, iASPP). Par ailleurs, elle est co-responsable de la plateforme FRISBI de production de protéines marquées en cellules eucaryotes associée à l’équipe. Enfin, Nadine Assrir est impliquée depuis plusieurs années dans l’enseignement de la biochimie à l’UVSQ, au niveau Licence et Master.

François Bontems est directeur de recherche (DR2) du CNRS. Après avoir fait son doctorat au Centre d’étude nucléaire de Saclay, sur l’étude de l’architecture des toxines de venin de scorpions, il a rejoint l’équipe de Jean-Yves Lallemand à l’Ecole polytechnique. il y a essentiellement travaillé sur un système couplant la traduction et l’inactivation d’ARN messagers lors de l’infection de la bactérie E. coli par le phage T4 (le système « RegB-S1 »). Il a ensuite intégré l’équipe de RMN de l’ICSN et partage actuellement son temps entre cette équipe et l’Unité de virologie structurale de l’Institut Pasteur. Son activité porte essentiellement sur l’étude des propriétés des protéines E et NS1 de Flavivirus (La fièvre jaune, la dengue, Zika), principales cibles du système immunitaire lors d’une infection. Pour ce faire il a développé et implanté à l’ICSN des outils permettant l’enrichissement en isotopes stables de ces protéines qui ne peuvent être produites en bactérie et le sont en cellules d’insecte et/ou de mammifère.Il est aussi organisateur de séminaires consacrés aux relations entre science et société et d’un cours Pasteur sur le même thème. Il est membre du comité de pilotage du Livre Blanc « Société, enseignement supérieur et recherche » préparé par l’ALLISS.

Alda da Costa est secrétaire / gestionnaire.

Nicolas Elie est assistant ingénieur au CNRS.

Jean-François Gallard est ingénieur d’étude.

Vincent Gandon est professeur des universités.

François Giraud est ingénieur d’étude.

Vincent Guérineau est ingénieur d’études au CNRS.

Carine van Heijenoort est directrice de recherche au CNRS. Après un cursus en chimie à l’école normale supérieure de Saint Cloud – Lyon, elle a obtenu son doctorat en 1994 à l’ICSN sous la direction de Eric Guittet sur l’étude de la flexibilité interne d’une protéine toxine de plantes par RMN. Elle a été recrutée au CNRS en 1994 à l’ICSN, est allée faire un retour aux sources à Utrecht dans le groupe de Rob Kaptein et Rolf Boelens en 1999-2000 pour explorer la culture néerlandaise et les interactions protéine-protéine. De retour à l’ICSN, ses axes de recherche sont centrés sur la caractérisation des états multiples des protéines, avec un intérêt plus particulier autour des protéines intrinsèquement désordonnées et leurs interactions. Elle est actuellement coordinatrice du département de Chimie et Biologie Structurales et Analytiques de l’ICSN. En dehors du laboratoire, Carine est la maman de trois merveilleuses filles, elle pratique activement l’équitation, aime les chiens, les chats, la musique, la lecture et les discussions entre amis.

Bogdan Iorga est chargé de recherche au CNRS.

Eric Jacquet est chargé de recherche au CNRS.

Ewen Lescop est chargé de recherche (CNRS-CRCN). Il a obtenu son doctorat en 2003 à l’ICSN sous direction d’Eric Guittet sur l’étude d’une protéine de liaison aux odeurs chez l’abeille. Après deux postdoctorats à l’Université de Pékin (2004-2006, C. Jin, Chine) puis à l’Institut de Biologie Structurale à Grenoble (2006-2007, B. Brutscher), il est revenu à l’ICSN en 2007 pour y mener des développements méthodologiques en RMN des protéines et pour étudier par des méthodes de biologie structurale de nombreux systèmes biologiques. En dehors du laboratoire, Ewen est un musicien actif en musique traditionnelle, bretonne en particulier, et amateur de bonne chère, européenne, asiatique, et autres.

Nelly Morellet occupe un poste d’ingénieur de recherche à l’ICSN (CNRS-IR1). Elle a obtenu un doctorat sous la direction de Jean-Claude Beloeil en 1989 à l’ICSN. De 1990 à 2010 elle a étudié par RMN plusieurs protéines virales (VIH-1, SIV, Birnavirus, Rotavirus…) dans l’unité de B.P Roques puis D.Scherman à la Faculté des Sciences Pharmaceutiques et Biologiques, Paris. Depuis 2010 elle a intégré l’équipe de Chimie et Biologie Structurales dirigée par E.Guittet, à l’ICSN. Elle est impliquée dans plusieurs projets : la résistance aux antibiotiques (protéine NDM-1), les transposases et transposases domestiquées (protéines PiggyBac et PiggyMac), l’Ulcère de Buruli (protéine N-Wasp).

Annie Moretto est technicienne au CNRS.

Hristo Nedev est ingénieur de recherche au CNRS.

Pascal Retailleau est ingénieur de recherche au CNRS.

 

Christina Sizun a obtenu un doctorat en chimie physique en 2000 à l’Université Louis Pasteur à Strasbourg, où elle a appris la RMN de systèmes catalytiques. Elle a ensuite rejoint le groupe de Burkhard Bechinger à l’Institut Max Planck de Biochimie à Martinsried en tant que post-doc pour travailler en RMN du solide de peptides membranaires. Après un second post-doc chez Erick Dufourc à l’Institut Européen de Chimie et Biologie à Bordeaux, elle a été recrutée en 2003 en tant que chargée de recherche à l’ICSN, où elle a pu développer son intérêt pour la biologie structurale par RMN. Ses thématiques de recherche sont centrées sur la relation structure-fonction de protéines virales (virus respiratoire syncytial) en tant que membre d’un réseau collaboratif incluant l’INRA et l’Institut Pasteur. Elle participe aussi à l’un des projets dédiés aux cibles thérapeutiques du LabEx LERMIT (modulateur de l’axe de signalisation CXCL12/CXCR4). Elle s’investit dans l’enseignement de la RMN biologique et la biophysique dans plusieurs cursus universitaires.

David Touboul est chargé de recherche CNRS.